Xiong

Ou l’histoire de notre rencontre avec « l’Ours qui rendra la Chine fière d’elle ».

Chengdu, cette ville protectrice des gros chat-ours, nous a permis de faire plusieurs rencontres. Les auberges de jeunesse sont des lieux où se côtoient des voyageurs de tous âges et de tous pays. L’anglais y abolit comme par magie la frontière des langues et met au travail nos représentations. Ainsi nous ferons par exemple, un beau matin, la connaissance incroyable d’un jeune homme chinois, Marseille (il tient à cette prononciation de son prénom), qui nous parlera de son amour pour le film les 400 coups de Truffaut au son de la musique d’Alain Souchon…

20160122_131303-2

Mais c’est une autre rencontre qui a marqué un temps fort de notre Voyâge en Chine. A l’Hôtel des claquettes (Flip Flop) – où nous avons eu bien de la peine à trouver autre chose que des tongs du pied gauche – un jeune homme séjourne en attendant que le plancher du nouvel appartement qu’il s’apprête à louer soit terminé. Dès notre entrée dans le dortoir, il vient spontanément vers nous. Son prénom, Xiong, sonna doux à mon oreille puisqu’il se prononce comme une chanson en anglais (Song). Il a 32 ans. A ses côtés nous découvrirons l’Histoire de son pays, de ses origines, de sa famille… Nos liens se tisseront dans une atmosphère que l’on pourrait qualifier de « douce poésie historique ».
Il nous offrira en fait la possibilité d’approfondir un peu plus le travail initié sur nos représentations respectives de l’étranger, du temps qui passe et aussi de l’identité singulière de chacun et des liens que l’on peut entretenir (ou pas) avec nos ancêtres.

IMG_1963

Xiong retracera pour nous son histoire. Celle avec un grand H et celle avec un petit aussi. Il nous explique les changements qu’il a vécus avec sa famille dans son pays. Il nous indique à l’aide d’une carte les lieux de vie qu’ont parcouru ses parents avant de s’installer dans la province du Chongking, à l’Ouest du pays. Il nous permet aussi de saisir un peu de l’impact du confucianisme, enseigné durant plus de deux millénaires, sur la pensée chinoise et sur le rapport au temps dans ce pays. Ici, des cycles se répètent au fil de l’Histoire, et chacun s’y sent pleinement inscrit du plus profond de ses racines. Nous découvrons d’ailleurs celles de Xiong, probablement descendant d’une des familles royales du temps des 7 royaumes combattants. Nous apprendrons dès lors que les chinois sont nommés par leurs parents d’une façon bien particulière, qui viendra d’ailleurs m’interpeller profondément sur la notion de construction identitaire.
Xiong m’explique en prenant l’exemple de son nom :

nom Xiong-2

Le premier caractère correspond au nom de la famille et les deux suivants correspondent au nom donné à l’enfant par ses parents. Dans ces deux derniers caractères, le premier symbole indique la génération à laquelle appartient l’individu porteur du nom. Toutes les 16 générations, un enfant reçoit ainsi la responsabilité de désigner un nouveau symbole pour chacune des 16 générations suivantes. Cela permet ainsi aux personnes de remonter parfois très loin dans leur généalogie. Cependant, il est aussi possible pour un père de famille de ne pas forcément respecter ce code en offrant un autre symbole de son choix à son fils. Xiong explique que les familles les plus riches ont souvent conservé les noms et la généalogie de leurs ancêtres sur papier. D’ailleurs, la généalogie la plus préservée serait celle de Confucius lui-même. Les personnes qui auraient la chance de se découvrir descendants de Confucius se verraient d’ailleurs octroyer des privilèges dans la société actuelle comme celui d’être employé par le régime.
Mais les noms chinois ne sont pas seulement chargés d’Histoires, ils sont aussi plein de poésie ! Chacun des caractères comporte en effet une signification propre. Ainsi, le nom de notre nouvel ami comporte les termes « Ours » et l’idée de « Celui qui rendra la Chine fière d’elle ». Autant vous dire que le titre de mon article était vite trouvé ! La portée de ce nom m’interpelle et me transporte. Il me donne envie d’en savoir plus sur la culture qui abrite une langue et une Histoire aussi riche.
Après une telle découverte, nous ne pourrons nous empêcher d’interroger Xiong sur le sens éventuel des caractères composants nos propres prénoms. Résultat : je serai pour ma part la « belle hors de danger » puisque les caractères de mon prénom portent en eux ces deux significations. Pour Christophe, ce sera 5 significations associées aux caractères chinois de son nom : « gramme, kilomètres, tenir, ça et mari ». La poésie est moins évidente, mais avec un peu d’imagination – et connaissant certains points de détails du caractère de l’individu en question – j’avoue que ça m’a beaucoup inspiré et beaucoup amusé !

noms chinois

Nous parlerons aussi philosophie, économie, politique … Xiong nous invitera ensuite à découvrir la cuisine Sichuanaise – un des rares délices dégusté en Chine – qui réchauffera cet hiver, le plus glacial qu’il n’ait jamais connu dans sa région lui aussi. Derrière ses petits yeux bridés, sa retenue naturelle et ce visage qui m’apparait si figé, se cache une grande intelligence, une grande ouverture d’esprit et beaucoup de sensibilité. Cette rencontre sera le jour où j’apprendrai le mot anglais pour dire hasard : chance. Tout est dit !
Cette douce chanson de la rencontre sera une chance de plus d’aller vers l’étranger et de saisir toute la magie de l’humanité.

Anaïs

Un commentaire

  1. mwahahahaha, quand on connaît les DEUX individus, la poésie est TRÈS vite trouvée! J’en ris encore pour Christophe!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *