Yuanyang et les caprices de la brume

Samedi 30 Janvier

IMG_2327

Destination : notre dernière étape en Chine, les rizières en terrasses de Yuanyang, qui se situent à un peu plus de trois heures de bus, théoriquement. Nous quittons la gare routière de Jianshui vers 10H30, avec un minibus qui a l’air d’avoir pas mal d’expériences derrière lui. J’ai la sensation que ça s’annonce comme un premier transport épique en Asie…

IMG_2259Le premier trajet nous mène au cœur de paysages somptueux. Notre bus roule entre ravin et montagne, mais notre chauffeur semble bon ! Si j’écris ces lignes, c’est que je ne me suis pas trompé. Nous arrivons 2h30 plus tard (presque dans les temps), dans une nouvelle « petite » ville, absolument sans intérêt, et dont j’ai d’ailleurs oublié le nom. Le deuxième trajet, qui doit normalement duré 45-60 minutes, doit nous mener à Xinjié. Le bus est bondé, et nous attaquons une nouvelle montagne. Un moment donné, au milieu de nulle part, le bus s’arrête. Mais comme nous dormons, nous ne savons ni pourquoi, ni combien de temps. A peine reparti, il s’arrête à nouveau. Après 20-30 minutes d’attente, je sors du bus voir ce qu’il se passe, et je tombe sur une équipe d’ouvriers en train de refaire l’enrobé ! Nous attendrons une bonne heure qu’ils aient fini leur travail et arrivons avec déjà plus de 2h de retard. Nous ne sommes même pas arrivés à l’auberge et un troisième trajet nous attend…

De la gare routière de Xinjié, il nous faut prendre un mini-van pour atteindre le village de Pugaolaozhai, que nous avons repéré ici pour y passer les 3-4 jours à venir. A peine sortis, nous trouvons un mini-van. Nous sommes huit passagers avec bagages… Tassés dans notre boîte, nous nous faisons promener au gré des besoins et des courses des passagers, ou bien des bouchons causés par les innombrables travaux effectués ici. Dans le mini-van, nous retrouvons cette passagère, déjà devant nous dans le minibus précédent, qui visiblement n’aime pas voyager dans un véhicule avec fenêtres fermées. Ca caille, nous sommes claqués, j’espère vraiment qu’il reste des places à l’hôtel. Nous arriverons avec quatre heures de retard sur le temps estimé, après sept heures de route, mais il reste une chambre dans l’hôtel ; sauvés !

IMG_2281

Nous sommes dans un endroit d’une grande beauté et les images de rizières en terrasses font toujours rêver. Pour un photographe, la lumière du lever de soleil est l’une des plus importantes. Dans un lieu comme celui-ci, il convient donc de mettre son réveil avant l’aurore pour capturer cette beauté, et surtout pour en profiter. Malheureusement, une belle aube dépend de beaucoup d’aléas que nous ne pouvons contrôler. C’est d’ailleurs aussi tout l’intérêt de la chose. Quatre matinées ici nous nous réveillerons à 7h, quatre fois nous regarderons par la fenêtre avant de sortir, quatre fois nous nous remettrons au lit ! Une épaisse brume s’est invitée à Yuanyang. Cependant, au cours de notre première journée, nous observons une éclaircie vers midi. L’occasion rêvée pour aller découvrir notre nouvel environnement. En se promenant dans le village, très rapidement nous arrivons en haut des terrasses. La vue s’ouvre à nos yeux, peu profonde, car la brume est juste en contrebas du village, et elle semble s’amuser à remonter vers nous, puis redescendre. Ces terrasses entourées de montagnes sont magnifiques, et l’ambiance créée a quelque chose de féérique. Pendant trois heures nous marchons entre les plans d’eau, passant d’un étage à un autre, d’un panorama à un autre, toujours jouant à cache-cache avec la demoiselle, jusqu’à ce que celle-ci réussisse à nous dissimuler sous sa robe. Il est temps de rentrer dans la fraîcheur du Timeless Hostel, le temps restant. La brume s’épaissira, nous resterons devant le petit foyer de charbon au cœur de l’auberge…

IMG_2284IMG_2343Trois jours durant, nous y resterons, y guettant la moindre opportunité de sortir. Nous avons eu de la chance, nous avons réussi à les contempler ces rizières. Nous croiserons beaucoup de touristes passés ici pour 24h qui n’auront rien vu d’autre que le bout de leurs chaussures! De temps en temps, courageux, nous essaierons d’aller visiter les alentours, mais notre vue se bouche à 5 mètres. Il fait froid, et l’atmosphère est humide. Les maisons n’ont pas de chauffage. Nous apprendrons qu’une loi chinoise limite l’usage de l’électricité et exclue l’utilisation du chauffage électrique sous une certaine latitude. Le Nord se chauffe abondamment au charbon, et le Sud espère qu’il ne fasse pas trop froid. 24 heures sur 24 notre corps lutte pour se réchauffer, et ce depuis près d’un mois. Nous tombons malades. La décision est prise, nous changeons notre plan pour le Viêtnam. Nous oublions la visite du Nord pour nous limiter à celle du Sud, là où il fait chaud. Nous y voyons l’avantage de pouvoir nous concentrer sur une zone, plutôt que de courir pendant un mois dans un pays. Finalement, peut-être que cela a été notre erreur en Chine…

IMG_2299

IMG_2306

Christophe

2 commentaires

  1. Hello Christophe! Nous étions allé au nord du Vietnam près de la frontière chinoise après notre rencontre en 2011, et ça avait été un peu la même! Brouillard et froid! Jolies photos! Bonne continuation dans votre beau projet!
    Sam et Chloé

    • Christophe et Ana

      Salut Sam, ça va? Bah nous, après avoir vécu ça dans le sud de la Chine, nous n’avons même pas pris le risque du bis repetita dans le nord du Viêtnam, nous avons filé direct vers le Sud, et nous avons eu raison!!! Bientôt les impressions sur ce magnifique pays.
      Christophe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *