Chapitre 1 Angkor : la vie au pays des merveilles…

IMG_4228

J’ai trop hâte ! Cette journée passée il y a cinq ans dans ce même endroit a été l’un des moments les plus forts de ma vie. Je suis extrêmement heureux d’avoir la chance de pouvoir le revivre avec ma mère et Ana. Il ne manque que mon père, car je sais que c’est un lieu qui le faisait rêver.  Pourtant je le sens très présent parmi nous… Je le soupçonne d’ailleurs d’avoir mis une rencontre sur notre chemin : Adrian. Nous avons partagé un tuk tuk avec lui, hier, à notre arrivée à Siem Reap, et nous sommes liés d’amitié. Il voyage seul et vivra cette journée avec nous.  Ma première impression se révélera être la bonne : c’est un « métalleux ». C’est même le guitariste du groupe « Die Apokaliptishen Reiter » depuis sept ans. Il a tous les traits d’un fan de cette musique, en particulier la gentillesse. Son regard exprime tout naturellement une profonde bienveillance, il sera d’ailleurs attentif toute la journée à l’état de fatigue de ma mère. C’est vraiment une belle rencontre, et nous sommes enchantés de partager cette journée un peu spéciale avec lui.

BANTEAY SREY

Nous arrivons à Bandeay Srey vers 10h15. Nous allons y passer un peu plus d’une heure. De mon point de vue, ayant déjà vu les autres temples, je ne suis pas très impressionné. C’est joli bien sûr, et peut être qu’en ayant un guide et des explications mon regard serait différent… Mais peu importe mes sentiments, ceux qui comptent aujourd’hui sont ceux des gens qui m’accompagnent.

IMG_4235

Nous entrons dans « le temple des femmes ».

Ce sont des demoiselles aériennes, qui nous accueillent. Des libellules demeurent juste devant l’entrée du temple, fascinantes. Elles sont d’un rouge flamboyant et le bout de leurs ailes est transparent. A deux pas, sur la terre ferme, d’imposantes vaches aux cornes plantées « à l’envers » nous regardent imperturbables.

A l’intérieur, les pierres sont partout, précieuses empreintes. Certaines d’entre elles, spongieuses, érodées par les années, semblent s’être transformées pour se faire volcaniques. D’autres sont sculptées finement, telles des bijoux géants.

IMG_4246

Certaines portes du temple se dressent encore comme des cadres antiques, ruines penchées d’un passé où les chinois ne cessent de se photographier. Sur la terre battue par les touristes, les traces de pas témoignent des masses… des individus éphémères.

IMG_4240

Des colonnes se dressent encore donnant l’illusion de poteries empilées. Des écritures énigmatiques sont gravées sur les murs, comme des empreintes digitales… prières ancestrales.

IMG_4238Les gravures se font dentelles de pierres. Shiva règne en maître sur elles.

IMG_4253

Je vois les sacs qui frottent et râpent les murs silencieux. Je m’interroge… Des passages s’affaissent. La terre bouge, mais pas au rythme des visiteurs… Les Hommes coulent à flot entre les ruines, mettant leur mémoire à l’épreuve.

Une musique s’élève, mélange de souffles et de cordes… Dans ce pays, les blessures cicatrisent partout… Chez les pierres et chez les arbres, comme chez les hommes, des moignons témoignent de l’Histoire. La vie continue, au milieu des ruines.

IMG_4256Une petite feuille chante aussi parmi les hommes !

C’est une belle entrée en matière, pas dans le vif du sujet, mais un bon début. Sur le chemin qui nous ramène à notre chauffeur, nous apprivoisons aussi un autre aspect de ces lieux : le harcèlement des enfants pour leur acheter des flûtes, des bracelets, des cartes postales, ou autres livres. Il ne faut pas céder, car ces enfants sont très probablement exploités, contraints à ces pratiques, et privés d’un enseignement scolaire. Nous le savons, mais malgré tout, cela reste difficile à gérer.

IMG_4266Des enfants nous escortent sur le chemin du retour, l’air triste. Ils récitent inlassablement une comptine déroutante aux allures de complainte :

« One, two, three, four, five, six, seven, eight, nine, ten… Ten postcards. Only 1 dollaaar… Please Madame…. Only 1 dollaaaar… They are beautiful… …”.

De cette triste récitation, dont le sens profond semble leur échapper, une poésie amère se dégage. Je ne peux pas me résoudre à les ignorer comme certains le font. Alors, je cherche à plonger dans leur regard … J’aimerais partager avec eux autre chose  que la détresse et la gravité de ce que je perçois là… Quelques sourires ? Un peu d’insouciance peut-être ? Lorsque je tente de le faire, je me retrouve assaillie par une nuée d’autres petits, encore plus nombreux. Je cherche alors au fond de leurs grands yeux noirs. Mais prisonniers de cette récitation, à mon contact, leurs regards semblent vidés des ingrédients de l’enfance. Ils me fixent tristement, comptant leurs cartes comme des automates, et répétant sans cesse la terrible comptine qui nous hantera, j’en suis sûr, encore longtemps…  J’ai l’impression de n’être plus qu’un « porte-monnaie sur pattes » au milieu de potentiels petits bouts de ruines humaines que le tourisme participe sûrement à créer…

Cet épisode, vécu par d’autres, alimentera certainement  de longues conversations entre voyageurs, sur l’éthique en voyage …

TA PROHM

Sur le chemin nous menant de Bandeay Srey à Ta Prohm, une roue du tuk-tuk crève. Il faut trente minutes au garagiste (de ceux qu’on trouve environ à chaque kilomètre) pour la changer et réparer son alter ego également mal en point. Nous ne sommes pas pressés…

IMG_4262

13h30, nous attaquons la visite de ce temple qui fût mon préféré il y a cinq ans. Quelques petits travaux d’entretien ont été effectués, et aujourd’hui, de nombreuses zones sont ouvertes au public. Bien que la foule soit présente, il existe tellement de recoins et de petites pièces qu’il est aisé de s’isoler.

IMG_4271

La force de ce temple est plus que jamais présente : les arbres majestueux dominent toujours les constructions humaines. J’ai cette sensation que la nature finit constamment par reprendre ce qui lui appartient. J’aime cette idée. Je suis enchanté, subjugué, et aujourd’hui, je prends le temps d’explorer pleinement ces ruines.

IMG_4324

Partout, ou presque, je trouve Ana assise sur une pierre, ou sur une racine, un carnet dans une main, le stylo dans l’autre. Elle est en train d’écrire ses sentiments sur le vif. Je crois qu’elle, ma mère et Adrian sont devenus de nouveaux adeptes de ce lieu. Qui ne peut être envoûté ?

IMG_4353

Je découvre une ruine qui s’éboule vers l’intérieur.

L’air qui circule et sort des fenêtres est frais, presque froid. Il m’attire…

IMG_4288

Devant moi se dresse un arbre dont les racines courent et semblent inonder la pierre. Je me souviens alors de l’histoire qu’on me lisait enfant : la petite Anaïs et le géant… C’est ainsi que je me sens.

IMG_4336

Je passe une porte et l’un de ses frères se tient victorieux, sur un autre morceau du temple. Telle une pieuvre, il l’a avalé figeant ses pierres pour l’éternité.

A deux pas, deux autres géants s’enlacent.

Les arbres tricotent avec les roches pour passer le temps.

IMG_4310

Je poursuis mon errance, bercée par l’inconnu. Je rencontre deux déesses, l’une à la tête coupée, l’autre soigneusement enveloppée dans une écharpe orangée et ornée d’un collier de fleurs. Les papillons grands comme des petits oiseaux volettent autour de moi. Des sons m’escortent, animaux cachés parmi les hommes. Insectes ? Singes ? Oiseaux ? Je ne saurais les identifier.

Sur les murs, restent des traces de sculptures évoquant des racines vers le ciel. Des arches dessinées et érodées par le temps.

Derrière la porte suivante se dresse le grand maître des lieux. Ses racines enserrent les pierres tel un anaconda. Ici, le serpent de bois semble pétrifié et prend l’allure d’un rocher. Là, il s’est « fée » pieuvre et un échafaudage étaye la plus lourde de ses tentacules…

IMG_4297

Je remarque une énorme toile tissée sur le rebord d’une fenêtre. L’autre grande ouverture, jouxtant celle-ci, accueille alors mon imaginaire et l’araignée géante qui y vit. Deux entités, les mains jointes et la tête au carré, semblent me prier d’entrer … ou de sortir, je ne sais. Des bruits étranges dans la pénombre me dissuadent d’avancer. Non loin, le panneau « Unsafe Area » est tombé dans un coin… je ne peux que rebrousser chemin.

IMG_4316     IMG_4322

Une autre porte et c’est une vieille personne qui se tient devant moi. Une femme… Enfin, je le crois… Son corps ne le révèle pas. Elle est maigre, les années l’habillent sans que je ne puisse lui donner d’âge. Elle semble partager des prières et quelques fils de laine. Je passe près d’elle pour continuer mon chemin et quelque chose me retient. Je me retourne, elle me sourit. Je m’accroupis auprès d’elle et dépose un petit billet dans la soucoupe dorée qui se tient à ses côtés. La prêtresse aux fils de laine entame une prière et me noue deux brins autour du poignet. Elle me sourit à nouveau de toutes ses rides. Je la salue. Je ne saurais expliquer pourquoi mais je suis émue.

IMG_4329

En sortant, Adrien nous appelle. Il semble avoir trouvé un trésor…

Ce sont des dinosaures ! Gravés dans la pierre, ils viennent asseoir encore un peu plus le mystère…

IMG_4361

BAYON

15h30, nous sommes devant le majestueux Bayon et sa centaine de têtes de Bouddha, regardant vers les quatre points cardinaux. Je le redécouvre. Il est magnifique. Je n’avais, là non plus, pas pris le temps d’en faire le tour en entier lors de ma dernière visite. Je me rattrape aujourd’hui.

IMG_4421

IMG_4414

Ana et moi nous replongeons dans les photos que j’avais prises ici. Sentiment étrange et incroyable d’une autre sorte de voyage dans le temps.

IMG_4475     IMG_4477

Ma mère, malgré des marches assez raides, fait aussi le tour du temple. Elle, si peu encline à montrer ses sentiments, laisse apparaître qu’elle vit également un moment fort. Je pense que son mari est très présent avec elle aujourd’hui…

IMG_4504

Nous sortons du temple vers 16h30, et traversons la terrasse des éléphants pour rejoindre notre chauffeur. Nous avons un peu plus d’une heure devant nous pour rejoindre et visiter Angkor Wat. Le soleil va bientôt rejoindre l’horizon.

Bayon ou le règne des visages.

IMG_4379

Il m’appelle dès notre arrivée… Ses sourires énigmatiques m’interpellent.

IMG_4431

Certains semblent grimacer…

IMG_4433

Des touristes posent avec eux. Les guides leur apprennent comment embrasser les dieux … Ils  tirent alors leurs portraits capturant, satisfaits, leurs pseudo-baisers volés.

Christophe et Dominique entrent dans le cœur du temple, le temps d’une pensée partagée… C’est leur instant. Quelqu’un les y a rejoint, sûrement…

IMG_4409-2

ANGKOR WAT

Après quelques minutes de tuk-tuk, la majestueuse entrée de ce temple s’offre à nos yeux.

Une longue terrasse traverse les douves, avec, en ligne de mire, les tours d’Angkor Wat.

IMG_4573

Comme si elles se laissaient désirer, nous marchons vers elles de longues minutes, en rigolant devant les singes volants les fruits de quelques imprudents, qui les ont laissés à portée de mains. A notre gauche, entre deux murs, le marché, où j’espère pouvoir trouver une araignée à faire manger à Ana (pari oblige). Mais pas maintenant, d’abord le temple. Celui-ci, est comme la légende le présente : grandiose. Mais, à mes yeux, peut-être un peu trop bien rénové et entretenu. Ça n’enlève rien à sa force, mais je trouve qu’il perd le charme de Ta Prohm, et des autres temples partiellement en ruine. Mais à l’Ouest, le soleil se couche, et déjà, au sommet du temple, les sifflets des gardiens qui commencent à retentir. Il faut quitter le lieu. Le marché ferme aussi, ça n’est pas aujourd’hui qu’Ana dévorera sa peur à pleine dent !

IMG_4513     IMG_4525

IMG_4530     IMG_4538

En soirée, pendant que ma mère, épuisée, se repose, nous allons manger et boire un verre avec Adrien. Ce sont des moments privilégiés où l’on échange sur nos philosophies de vie. D’ailleurs, la sienne semble très jolie. J’espère que nos chemins se recroiseront… En nous promenant dans les rues animées de Siem Reap, nous repérons un marchand ambulant. Sur son stand, de la nourriture grillée : des brochettes d’araignées, de cafards et de vers ! Ana a un mouvement de recul en les voyants. Maintenant, nous savons où en trouver ; il va falloir qu’Ana se prépare psychologiquement, l’heure de dévorer sa peur à pleine dent approche à grands pas…

LES BONS PLANS DE TOF:

Bons plans de Tof-1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *